L’animal de compagnie : le chat

nom-chatHumains et chats se côtoient depuis des milliers d’années. La domestication de ces félins s’est faite autant par utilité que par besoin de compagnie. Ils sont partout autour de nous, si bien que l’expression « il n’y a pas un chat » exprime la désertion la plus totale d’un endroit.

Un animal indépendant, mais sociable

Avec le chien, le chat domestique est l’un des animaux de compagnie les plus appréciés. Il s’en démarque néanmoins par sa personnalité plus indépendante. Le chat n’a pas besoin d’être promené. Il sort de sa propre initiative et évolue librement. Il se charge également lui-même de sa toilette.

Il vit généralement entre 12 et 18 ans et consacre la majeure partie de ses journées au sommeil ; les chats dorment, en effet 15 à 18 heures par jour. Ils demeurent éveillés durant une bonne partie de la nuit, pendant laquelle ils laissent souvent s’exprimer leur instinct de chasse. Car le chat a conservé ce penchant pour la traque, pourchassant notamment les rongeurs et les oiseaux qui sont à sa portée. C’est d’ailleurs ce qui a favorisé sa domestication durant le Néolithique, l’homme ayant notamment compris que cet animal pouvait lui être utile en préservant ses réserves de denrées céréalières des nuisibles.

Aujourd’hui, l’on recense une cinquantaine de races de chats. On citera notamment les Siamois, Persan, Bombay, Abyssin, Sphynx, Tonkinois, Serengeti, Peterbald, Ragdoll et Angora turc. Les chats dits de race (avec pedigree) ne représentent que 5% des effectifs globaux. La reconnaissance et l’enregistrement des spécimens de race sont assurés par divers organismes nationaux (LOOF en France, TICA aux Etats-Unis…) et internationaux (FIFé, WCF…).

Une nature et des besoins à respecter

Quel que soit sa race, le chat affiche un comportement globalement similaire à ses congénères. Il communique et s’exprime essentiellement à travers les miaulements (joie, frustration, faim…), les grognements (en cas d’affrontement) et les ronronnements (bien-être). Les ronronnements, justement, sont aussi apaisants pour l’animal lui-même que pour les humains.

Ces derniers doivent connaître les besoins de leurs chats pour y répondre convenablement. Ces besoins sont alimentaires (pâtée, croquettes, fait maison…), médicaux (traitements antiparasitaires, soins vétérinaires) et affectifs.

Les chats doivent être respectés et aimés pour ce qu’ils sont. Leur nature et leurs instincts ne sont pas à contrarier, sous peine de les voir développer des comportements indésirables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *